Bonjour Madame. Oui, le maton m’a dit :
“y’a la psychiatre”. Il m’a demandé
si j’acceptais. J’accepte madame. Voilà, vous voulez…
Par rapport… Voilà, évaluer…
Voilà, voilà ! Complètement madame. Pour savoir, donc euh…
D’accord ! Pour la réinsertion,
bien sûr madame. J’ai compris la question. Je dirai toute la vérité,
madame. Sinon ça sert à rien. Tu dois avoir une
belle petite chatte, toi ! Pardon, excusez-moi madame,
t’as vu ? Ça m’a échappé,
excusez-moi madame. J’ai du mal à retenir
mes émotions, complètement. C’est un défaut que j’ai
depuis tout petit. Excusez-moi madame. Je suis innocent, complètement. Je sais, mon dossier m’accable,
mais je suis innocent. Malgré les apparences,
je sais madame. J’ai pris perpette,
donc autant se faire plaisir. L’ADN pareil,
c’est pas moi. C’est mon ADN,
mais c’est pas moi. Comment il s’est retrouvé là ? Pendant la garde-à-vue, madame.
Je peux parler ? Ils m’ont pris mon ADN, madame ! Pourquoi on prend l’ADN
des personnes ? Et je l’ai vu le flic ! J’lui ai dit : “Viens là, toi !
Rends-moi mon ADN !!” Et c’est lui !
Il est allé le foutre… dans le… cul de la gamine !
Alors maintenant… C’est trop facile
d’accuser les gens, madame ! C’est pas un complot,
je sais ce qu’ils ont fait. Mais les vidéos, c’est pareil ! Ils ont fait un moule
de mon visage ! On arrête les conneries ?! Comme dans “Mission impossible”
et “Fantomas” ! Madame, WO-WO-WO !!! En plus, il se trouve que
je connais le responsable. J’en ai jamais parlé
parce que j’ai peur. Le gars a le bras long. Hein ? Non, c’est pas une quenelle ! Allez pas alourdir mon dossier ! Vous voulez que je vous dise
qui est l’auteur de ce massacre ? Il s’agit d’Emmanuel Macron,
madame. Tu vois, je t’ai faite sourire. T’es plus jolie quand tu souris,
madame. Même si ta gueule,
c’est pas trop le truc, hein ? Excusez-moi madame. Mais je me sens bien avec vous,
madame, complètement. Je sais pas si de ton côté
c’est pareil, mais y’a quelque chose. T’as déjà senti ta merde,
ou pas ? Pardon madame, tout de suite
j’arrive aux sentiments… Excusez-moi madame. Mais c’est pas tous les jours
qu’on parle à une jolie femme. Je sais où se situent
le bien et le mal. Le bien c’est quand
ça s’passe bien. Et le mal, c’est après. Ou pendant, faut voir. Je me souviens
de la petite Chloé. Comme tout le monde, madame ! Dans la presse, tout le monde
en a parlé de cette affaire ! Dégueulasse !
Complètement, madame. Madame, vous voulez que
je vous dise ? La peine de mort ! Je discute pas avec ces gens. Ah, c’est moi qui ai fait ça ? Ah j’ai ça sur le dos aussi ? Non, je l’ai rencontrée,
faut dire la vérité. J’ai rencontré Chloé,
c’est vrai. Petite fille gentille. Le cœur… Le cœur dans la main. Enfin… Si, si, à un moment donné. Mais c’est des enfants, ils sont
mal élevés, excusez-moi. Madame, je peux parler ? On ne suit pas un inconnu,
on ne parle pas à un inconnu. L’autre, elle vient me voir. Elle me dit : “Monsieur, vous
savez où est la boulangerie ?” Pour moi, je suis en état
de légitime défense. Peut-être j’ai un problème,
je ne sais pas madame. Si j’étais conscient
au moment des faits ? Je ne sais pas madame. Qui est fou,
qui ne l’est pas ? Madame, dans une société où
le Président a épousé sa mère… Comment se repérer madame ? Peut-être. Peut-être dans mon enfance. Faudrait chercher, ouais. Un élément déclencheur ?
Peut-être. Ah bon ?
Ça atténuerait ma peine ? Atténuez madame ! Personne
n’atténue quand c’est moi ! Je me retrouve à prendre
perpette moi ! Si j’ai été agressé
quand j’étais petit ? J’ai été agressé. J’en ai pas parlé parce que
j’avais oublié, mais finalement, maintenant qu’on en parle. Oui, j’ai été agressé. Sexuellement, tout, tout. On m’a tout fait. C’est pour ça
j’ai trouvé ça bizarre. J’avais quel âge ? Que je dise pas de conneries… Coupe du monde 98… Faut avoir quel âge
à peu près ? Moins de 5 ans ? Ah ouais ? Ah bah j’avais 3 ans. Donc ça colle.
Ça colle complètement. Euh… Un voisin. Ah il me violait
tous les matins ! C’est ça que
j’ai trouvé bizarre. Juste à côté. José, un Portugais.
Je me souviens. Le gars était mécano
chez Renault. Il avait le…
Le losange… Ouais enfin, le trou du cul
recousu, là. Tous les matins, il me violait ! Quand je partais à l’école. À 3 ans ! Je pars à l’école moi.
Hey, faut y aller ! Tout seul. Ouais, ouais.
Déjà j’étais… Les parents ils étaient pas
sur le coup, faut être honnête. Ma mère picolait. Le père il enculait des chats. Chut, tais-toi,
tu vas nous faire repérer. C’est ça, je pars à l’école. Dans l’escalier ! Il était malin l’aut’ José ! Il était dans un coin,
il me voit : “Hey Salut ! T’as pas une clope ?” T’es un enfant,
tu vois pas à mal. À l’époque bon, euh… je fumais des Malbiches Je lui dis :
“Tu veux une Malbiche ?” Et là, j’ai même pas
le temps de sortir, rien ! J’ai rien compris. Il baissait mon froc,
il me rangeait une clé de 17 dans la boîte à chocolat,
alors peut-être que c’est par rapport à ça
que j’ai fait le con. Complètement madame,
ça a dû jouer. Et qu’après j’aurais entraîné
Chloé dans la cave. Je sais pas madame,
vous posez les questions et vous faites les réponses. Hein ? Une pulsion… De quoi ? De rangement ? De quoi ? Elle a crié ? Je crois me souvenir que
le consentement était pas établi à 100%. Démembrée ? C’est pas moi. J’ai pas démembré Cloclo,
je m’en souviendrais. Moi j’ai laissé Cloclo,
elle était en parfait état. Contrôle technique
valable 5 ans. MANGÉE ?! J’ai mangé la gosse ?! Nan mais qu’est-ce que… ? Merde ! MERDE !!!! Ah je m’en veux, notez.
Oh putain ! J’ai bouffé la gosse !! C’est dingue d’avoir faim
comme ça, c’est fou ! En plus, y’avait une boulangerie
à côté, non mais des fois, ça se joue à pas
grand chose… Excusez-moi, madame. Bouffer la gosse, putain… Nan, je recommencerai pas. Oui, je suis malade,
faut me soigner madame. Donnez-moi un Doliprane. Merde, j’ai bouffé la gosse. Et les parents,
ils sont au courant ? Ah ouais, ça fait 2 ans. Et ils m’en veulent ?
C’est normal. C’est normal,
j’ai bouffé leur gosse. Il veut peut-être
me tuer le père, non ? Ah ouais, mais il peut pas. On est dans un état de droits, on peut pas faire
n’importe quoi. Voilà, on ne fait pas justice
soi-même, complètement. Il se croit où, l’autre ? Il a beau retourner le truc
dans tous les sens il doit continuer à bosser,
payer des impôts pour que je bouffe,
quelque part. Dites-lui qu’on a eu
de la dinde à Noël ça va lui faire plaisir. Dites-lui de se calmer aussi. Parce que haïr les gens,
c’est pas bien. Psychologiquement,
ça me fait du mal. J’ai des plaques et tout. Ouais, ouais, mais faut qu’il se calme. Parce que je sais qu’il a
d’autres gosses à l’extérieur. Je menace personne,
j’informe, c’est tout. Si ? Si un jour je sortais ?
Et ben quoi ? Si je recommencerais ? C’est sérieux la question ? Ça dépend si la boulangerie
est ouverte.